Actualités naturalistes

Photographies Gérard GRASSI (images non libres de droits). Pas d'utilisation sans accord écrit. Merci !

15 mai 2021

Même capricieux, le printemps apporte toujours son lot d’observations naturalistes. Dans le jardin, les trois nichoirs à mésanges sont occupés. Les jeunes charbonnières viennent de s'envoler tandis que les adultes préparent déjà la seconde nichée. Chez les bleues l'élevage bat son plein. Les rouges-queues noirs, eux aussi sont fidèles à la maison, de même que les hérissons captés au piège photo. Sur la rivière, les jeunes cincles tout juste sortis du nid doivent déjà s'émanciper. Une seconde ponte semble imminente.

Depuis deux ans,  les harles bièvres semblent se cantonner sur la Gervanne. Pas de certitude concernant la reproduction pour le moment mais les observations sont quotidiennes. À suivre !  Sur le plateau des Chaux, les tulipes sylvestres ont laissé la place aux adonis flammés et bleuets. Les milans noirs et plusieurs milans royaux subadultes viennent s’y alimenter. Les guêpiers d’Europe passent encore en migration et les colonies de la plaine de Crest sont arrivées.

7 mars 2021

Le chant du grand-duc d’Europe est une mélopée envoutante, grave et puissante, qui résonne tout l’hiver dans les falaises et rochers tranquilles. Dans les premiers jours de mars, juste avant la ponte, l'activité du couple que nous suivons près de Beaufort a été très intense. Désormais le mâle (ci-dessus) se contente de quelques vocalises sur son perchoir favori. Non loin, les chuintements de la femelle à l'aire se font entendre. À suivre...

7 février 2021

Les aigles royaux tiennent leur site de nidification. Leurs vols territoriaux sont quotidiens et les comportements nuptiaux deviennent plus marqués. De même chez les faucons pèlerins dont les cris sauvages résonnent dans les falaises. Les couples de hiboux grands ducs, quant à eux, sont en pleine parades amoureuses (la ponte est imminente) et leurs chants se font entendre à l'aube et au crépuscule. La neige a reculé sur les plus hautes cimes mais un voile blanc vient régulièrement souligner les crêtes. A la mangeoire le ballet des chardonnerets élégants et les tarins des aulnes (entre 100 et 150 oiseaux) ne s’arrête jamais. Passage aussi d'un gros bec égaré à noter. Les mésanges bleues et charbonnières sont présentes en petit nombre. Les pinsons et verdiers sont rares également. Un couple de mésanges bleues commence à investir le nichoir du jardin. Avec la douceur les hérissons sont de sorties (crottes dans la venelle) et 4 vols très importants de grues cendrées sont passées au-dessus de Beaufort dimanche 21 février en début d'après-midi (un millier observé juste avant au-dessus du massif de Saoû !).

 

 

 

 

 

Pour s'installer dans un jardin, les hérissons doivent pouvoir circuler librement à travers murs et clôtures. Nos locataires ont tout de suite adopté ce nouveau passage entre le jardin et la venelle !

 

Voir la vidéo sur notre page Face Book  ici

23 juin

Les hérissons prennent beaucoup d'autonomie. Les cerfs discrets ont des bois déjà bien refaits, le temps des fenaisons attirent les renardeaux et de nombreux milans qui profitent de la manne offerte. Le couple de bergeronnette des ruisseaux du gîte nourrit une seconde nichée, les vautours fauves patrouillent chaque jour, les jeunes troglodytes se sont envolés tandis que les pies grièches sont en pleine reproduction. Nous n'avons pas revu le vautour percnoptère que nous avions photographié début mai à Gigors (ouvrons l’œil tout de même !) mais nous avons eu les informations le concernant : cet oiseau est né dans le Verdon et a été bagué (6X) le 5 août 2017.  Il s'agit donc de son premier retour depuis l 'Afrique !  A suivre... Au plaisir de partager tout cela avec vous.

clic vers vidéo caméra automatique
clic vers vidéo caméra automatique

19 juin 2020

La hérissonne du grand gîte a bien quatre petits mais ils sont âgés d'au moins six semaines  !  Nos caméras automatiques montrent leur activité intense chaque nuit entre le crépuscule et 1 h du matin. Leur mère les laisse la nuit et ne rentre que vers 4 h. Un bonheur que d'accueillir ces pensionnaires là aussi !

12 juin 2020

Bonne nouvelle ! Il semblerait que  "notre" hérisson soit une hérissonne qui s’apprête à mettre bas dans le jardin du grand gîte.

La caméra automatique révèle ses allées et venues avec des matériaux pour le nid....

7  juin 2020

Le petit duc qui chantait encore  il y a quelques jours sous la maison se fait plus discret. Une reproduction aurait-elle démarré ? 

Les couples de rouge-queues noirs et les bergeronnettes des ruisseaux ont lancé leur seconde nichée dans les murs autour de la maison, tandis que le rouge queue à front blanc fait quelques tours de chant sur les toits. Ce matin, nous observons un harle bièvre (nicheur à quelques kilomètres) sous les fenêtres au-dessus de la rivière ! Un hérisson fait des visites chaque soir dans le jardin du grand gîte. L'hypolais polyglotte se fait entendre sur le plateau des Chaux et le Loriot dans le jardin du gîte. Les renards se montrent dans les champs fauchés et les renardeaux prennent de l'assurance... Les cabris de chamois sont nés et les vautours fauves sont réguliers...

7 avril 2020

Des gîtes, aussi pour les abeilles sauvages !

Avec le printemps, les osmies et autres abeilles dites "solitaires' s'activent autour des abris posés à leur intention. Vous trouverez ci-dessous quelques idées pour les accueillir au jardin ! Des bricolages amusants et utiles à faire avec petits ou grands pendant cette période de confinement. Portez-vous bien et à très vite.

 

Télécharger
Des gîtes aussi pour abeilles sauvages !
Une fiche pour fabrication de gîtes pour abeilles sauvages- conception association Lysandra, Gérard Grassi
Gîte à osmies Lysandra.pdf
Document Adobe Acrobat 797.6 KB

22 novembre 2019

Au-delà de la beauté des paysages aux couleurs aussi changeantes que chatoyantes,  l'automne apporte toujours son lot d’incomparables émotions naturalistes. Cette année quelques cerfs sont venus bramer dans le coteau de  Beaufort juste en face du gîte !  Désormais les grands cervidés se sont tus mais les chamois en pleine période des amours ont pris la relève sur les crêtes et assurent le spectacle.  Quelques vautours font leur apparition de temps à autres. Les aigles royaux quant à eux  se lancent dans leurs premiers vols territoriaux à proximité des grandes falaises. La neige de ces dernières semaines a fondu dans la vallée mais est déjà bien installée sur les sommets.

 

Au plaisir de partager tout cela avec vous...

Quelques photos récentes


Juin 2019

Les lavandes sont en fleurs sur le plateau des Chaux et dans la vallée de la Sépie. Le petit-duc chante  tous les soirs dans le coteau de Beaufort et dans le village.  La huppe fasciée se fait plus discrète. Dans les pelouses l'orchis pyramidal est encore en fleur ainsi que les céphalanthères dans les sous bois clairs. Les épipactis  prennent doucement le relai.

Chez les chamois, les cabris nés courant mai se font plus hardis tout comme les jeunes faucons pèlerins qui ont pris leur envol dans les falaises. Les faucons crécerelles quant à eux sont en pleine activité dans le rempart de Beaufort où  ils se reproduisent cette année. Nous assistons régulièrement aux apports de proies du mâle pour sa femelle. Les vautours fauves sont encore nombreux dans la vallée. Face au village, quelques chevreuils  se montrent au crépuscule tandis que les renardeaux partent en maraude  avec le chant des engoulevents pour magnifier l'ambiance . Avec la chaleur de ces derniers jours, la cigale  rouge (cigale tibiscine), la  cigale de l'orne  et la grande cigale  se font entendre...  L'été est bien là cette fois !

 

Au plaisir de partager tout cela avec vous...

 

Quelques photos de ces derniers jours...

Photos intégralement prises dans la vallée de la Gervanne © Gérard GRASSI

Toute utilisation ou reproduction interdites sans accord écrit de l'auteur